Episode 10 Éviter le diabète de type 2 : Les clés de la prévention

Podcast Vivre le diabète | Episode 10 | Éviter le diabète de type 2 : Les clés de la prévention.

Le podcast vivre le diabète - 24 heures avec une personne diabétique insulinodépendante.

Bienvenue sur le podcast “Vivre le diabète – à la recherche de l’équilibre”. Je suis Nathalie, diabétique de type 1 depuis février 2010. Je suis également patient expert et RU représentante des usagers. En 2012 j’ai cofondé une association régionale de patients pour les patients qui deviendra très vite l’Association Française des Diabétiques de la région Corse AFD 20. Après 10 ans de service dévoué, j’ai décidé de partir vers de nouvelles aventures. En créant ce podcast je veux continuer à accompagner les patients diabétiques et à partager mon expérience.
En outre, en utilisant mon expertise je veux t’aider à comprendre que plus tu apprends sur le diabète mieux tu arrives à le gérer efficacement et améliorer ta qualité de vie avec cette maladie chronique. Je m’adresse à toi qui vient de déclarer un diabète, à toi qui es diabétique de type 1 ou de type 2 ou toi qui es en prédiabète, mais aussi à toi qui soutient et aide que tu sois parent ou conjoint, etc. Je m’adresse également à toute personne désireuse de savoir ce qu’est le diabète vu par une patiente diabétique.

Podcast Vivre le diabète

Dans cet épisode j’aborde un sujet important : la prévention du diabète de type 2. Si je parle de prévention du diabète de type 2 cela peut vouloir dire que la maladie est évitable puisqu’on peut la prévenir. Dans nombre de cas oui c’est certain !
A l’heure actuelle, il n’y a pas de prévention du diabète de type 1 car c’est une maladie auto-immune et génétique. Mais sait-on jamais !

Qu’est ce que la prévention ?

La prévention est un ensemble de mesures préventives contre certains risques, qui regroupe toutes les dispositions prises pour empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension d’un danger, d’un risque, d’un accident, d’une maladie.

On distingue classiquement la prévention primaire visant à éviter la maladie chez l’individu qui n’a jamais été malade, de la prévention secondaire destinée à diminuer les suites et la gravité de l’affection chez un patient ayant déclaré la maladie.
La prévention tertiaire, enfin, cherche à empêcher les complications ou les rechutes.

La prévention dans le contexte du diabète est une démarche proactive visant à réduire les risques de développer cette maladie chronique.
On le sait, le diabète est caractérisé par des niveaux élevés de sucre dans le sang, ce qui peut entraîner des complications.

La bonne nouvelle, c’est que le diabète de type 2, qui représente la majorité des cas, est en grande partie évitable grâce à des mesures de prévention appropriées.

Quelques chiffres sur le diabète :

Chiffre de 2021 en France : Nombre de diabétiques, nous sommes plus de 4 millions de personnes (4 171 550) tout diabète confondu, sachant que 10% sont diabétiques de type 1, environ 400 000 personnes.

La prévalence est de 6%.
C’est le nombre de cas d’une maladie dans une population à un moment donné, englobant aussi bien les cas nouveaux que les cas anciens.
Ces chiffres sont fournis et correspondent aux patients pris en charge par l’assurance maladie.

A ces chiffres s’ajoute le nombre de diabétiques qui s’ignorent, environ 800 000 personnes.
On estime que 537 millions d’adultes âgés de 20 à 79 ans vivent actuellement avec un diabète dans le monde.
Cela représente 10,5% de la population mondiale dans ce groupe d’âge.

Le nombre total devrait atteindre 643 millions (11,3 %) d’ici 2030 et 783 millions (12,2%) d’ici 2045.
Les dépenses totales de la pathologie pour l’année 2021 montent à plus de 9 576 millions €

Les objectifs de la prévention du diabète :

La prévention vise à réduire le nombre de nouveaux cas de diabète de type 2 dans la population. Cela peut améliorer la qualité de vie des individus tout en réduisant la charge sur les systèmes de santé.

La prévention ne consiste pas seulement à éviter la maladie, mais aussi à promouvoir une meilleure santé en général. Les habitudes de vie saines qui réduisent le risque de diabète contribuent également à une meilleure condition physique et à une plus grande vitalité.

Le diabète est coûteux à gérer en termes de soins médicaux, de traitements et de complications associées. La prévention peut réduire ces coûts, tant pour les personnes que pour les systèmes de santé.

Quelle place détient la prévention dans la société ?

La prévention du diabète ne concerne pas seulement les individus, elle joue également un rôle essentiel dans la société dans son ensemble. Elle a un impact sur la santé publique et sur les politiques de santé.

La santé publique :

La prévention peut réduire considérablement les coûts de santé associés à la prise en charge du diabète et de ses complications.

Elle améliore la qualité de vie des individus et par extension, celle de la société dans son ensemble.

La prévention vise à réduire les disparités en matière de santé. Elle peut aider à lutter contre les inégalités en santé en garantissant que tout le monde ait accès aux informations et aux ressources nécessaires pour prévenir le diabète.

Politiques de santé :

Les organismes et les associations de santé développent activement la prévention du diabète par le biais de campagnes de promotion, d’information, d’éducation et de sensibilisation et encouragent des modes de vie sains.

Les législations et réglementations peuvent favoriser la prévention, par exemple :

  • en taxant les aliments malsains, 
  • en créant des espaces publics favorables à l’exercice, 
  • en réglementant la publicité de produits nuisibles à la santé, etc.

Les systèmes éducatifs peuvent jouer un rôle clé dans la prévention du diabète en intégrant des programmes éducatifs sur la nutrition, l’exercice et la gestion du stress, dans les programmes scolaires.

La prévention du diabète est une responsabilité collective. La société, les organismes et les associations de santé, les professionnels de la santé, les éducateurs et les individus eux-mêmes, ont tous un rôle à jouer.

La prévention n’est pas uniquement la responsabilité des personnes concernées.

Quelles sont les mesures de prévention du diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est en grande partie évitable grâce à des mesures de prévention efficaces. Cette forme de diabète est étroitement liée à des facteurs de risque liés au mode de vie, ce qui signifie que des changements peuvent réduire considérablement le risque de développer la maladie.

Voici quelques mesures spécifiques à prendre pour prévenir le diabète de type 2 :

Adopter une alimentation équilibrée est l’un des piliers de la prévention du diabète de type 2. Cela signifie consommer une variété d’aliments, incluant des fruits, des légumes, des protéines maigres et des graisses saines. 
Évite les aliments riches en sucres raffinés et en graisses saturées.

La gestion des portions est cruciale pour contrôler la glycémie et le poids corporel. 
Évite les portions excessives, surveille l’apport calorique et soit conscient de la taille des portions lors des repas.
Limite la consommation de sucre ajouté, de boissons sucrées et d’aliments transformés riches en glucides raffinés. 
Opte pour des glucides complexes, tels que les céréales complètes, qui libèrent le glucose plus lentement dans le sang (Indice glycémique bas)

L’activité physique régulière est essentielle pour la prévention du diabète de type 2. 
Il est recommandé de faire au moins 150 minutes d’exercice d’intensité modérée chaque semaine, comme la marche rapide, la natation, le vélo, ou d’autres activités que tu aimes.

Maintenir un poids corporel équilibré est fondamental. L’obésité est l’un des principaux facteurs de risque du diabète de type 2. La perte de poids, même modeste, peut réduire considérablement le risque.

Le stress chronique peut affecter négativement la glycémie. Apprends des techniques de gestion du stress, telles que la méditation, la respiration profonde.

Un sommeil de qualité et en quantité suffisante est essentiel. Le manque de sommeil peut perturber les hormones qui régulent la glycémie.

La consommation excessive d’alcool peut augmenter le risque de diabète de type 2. 

Le tabagisme est associé à un risque accru de diabète de type 2. Arrêter de fumer peut réduire ce risque.

Si tu as des facteurs de risque élevés, tels que l’obésité ou des antécédents familiaux de diabète, il peut être judicieux de faire contrôler régulièrement sa glycémie par un professionnel de santé.

La prévention du diabète de type 2 repose sur des choix de mode de vie sains. En adoptant une alimentation équilibrée, en faisant de l’exercice régulièrement, en maintenant un poids corporel sain et en évitant les facteurs de risque, tu peux réduire considérablement la probabilité de développer le diabète de type 2. 

La prévention est à la portée de chacun et ces mesures peuvent avoir un impact significatif sur la santé à long terme.

Qu’en est-il de la prévention du diabète de type 1 ?

Contrairement au diabète de type 2, le diabète de type 1 n’est pas préventif. Il s’agit d’une maladie principalement d’origine génétique et auto-immune. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ne peuvent pas empêcher la maladie de se développer.

Bien que la prévention du diabète de type 1 ne soit pas encore une réalité. Des chercheurs du monde entier travaillent sur des études visant à comprendre les facteurs déclencheurs de la maladie.

Quels sont les obstacles à la prévention ?

La prévention du diabète, bien qu’essentielle, est souvent entravée par divers obstacles. 
L’un des obstacles majeurs à la prévention du diabète est le manque de sensibilisation. 

De nombreuses personnes ne sont pas pleinement conscientes des risques associés au diabète de type 2, de ses conséquences potentiellement graves et des mesures de prévention à prendre.

Les habitudes de vie pernicieuses, telles qu’une alimentation riche en sucres et en graisses, la sédentarité, la consommation excessive d’alcool et le tabagisme contribuent grandement au développement du diabète de type 2. Il est difficile pour de nombreuses personnes de rompre avec ces habitudes.

Le changement est souvent laborieux, même s’il s’agit de passer à un mode de vie plus sain.

Certaines personnes peuvent se sentir impuissantes face au risque du diabète en raison de facteurs génétiques qui les rendent plus prédisposées à la maladie. Cela peut les décourager de prendre des mesures préventives.

L’environnement joue un rôle essentiel dans la prévention du diabète. Les quartiers sans espaces verts, l’accès limité à des aliments sains et abordables, ainsi que des horaires de travail stressants peuvent rendre difficile l’adoption d’un mode de vie sain.

Un manque de temps est une raison pour ne pas suivre une alimentation équilibrée ou pour ne pas faire d’exercice régulièrement. Les obligations professionnelles et familiales peuvent rendre la prévention du diabète difficile.

Les inégalités en santé jouent un rôle majeur dans la prévention du diabète. Les personnes à faibles revenus ont souvent moins d’accès à des soins de santé de qualité, à des aliments sains et à des espaces pour l’exercice. Ce qui les exposent à un risque accru de diabète.

Comprendre les obstacles à la prévention du diabète est essentiel pour élaborer des stratégies efficaces visant à sensibiliser, motiver et soutenir les personnes dans leur démarche préventive. 

Il est important de reconnaître que la prévention du diabète est un défi complexe qui nécessite une approche globale,
pour surmonter les obstacles qui se dressent sur le chemin de la prévention.

Les prédispositions à déclarer un diabète de type 2

La prédisposition au diabète de type 2 dépend de plusieurs facteurs de risque. Qui peuvent influencer le développement de la maladie. Comprendre ces facteurs est essentiel pour évaluer le risque individuel et prendre des mesures préventives.

Quels sont ces facteurs de risque ?

L’obésité abdominale, un excès de graisse autour de la taille.

Une alimentation riche en sucres raffinés, graisses saturées, en aliments transformés, en boissons sucrées et pauvre en fibres.

La sédentarité : manque d’activité physique

Les prédispositions génétiques : Les antécédents familiaux de diabète de type 2 (parents, grand parents)

L’âge : Le risque de diabète de type 2 augmente avec l’âge. Les personnes de plus de 45 ans sont plus susceptibles de développer la maladie.

Les facteurs ethniques : Certaines populations ont un risque accru de diabète de type 2.

Le stress chronique peut augmenter la production de cortisol, une hormone qui peut influencer la glycémie. Le stress peut également entraîner des habitudes alimentaires malsaines et un manque d’exercice.

Le syndrome métabolique, caractérisé par une combinaison de facteurs de risque, notamment l’obésité abdominale, la pression artérielle élevée et des taux de lipides anormaux, est un prédicteur majeur du diabète de type 2.

Le tabagisme : en particulier chez les femmes.

Autres conditions de santé : Certaines conditions médicales, telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et l’apnée du sommeil, peuvent augmenter le risque de diabète de type 2.

Ces facteurs de risque contribuent à la résistance à l’insuline. Ce qui signifie que les cellules du corps ne répondent pas efficacement à l’insuline produite par le pancréas. En conséquence, le glucose s’accumule dans le sang, provoquant des hyperglycémies. Ce qui peut finalement conduire au diabète de type 2.

La combinaison de plusieurs facteurs de risque aggrave ce risque.

Comprendre les facteurs de risque du diabète de type 2 est essentiel pour identifier les personnes à risque
et mettre en place des stratégies de prévention efficaces.

Il est important de souligner que, dans de nombreux cas, ces facteurs de risque sont modifiables par des changements de mode de vie. Ce qui offre une opportunité de réduire considérablement le risque de développer la maladie voire de ne jamais la déclarer.

Le dépistage précoce du diabète de type 2

Il revêt une importance cruciale pour la prévention de cette maladie chronique. Il permet d’identifier les individus à risque ou ceux qui sont déjà aux premiers stades de la maladie. Ce qui ouvre la porte à une intervention préventive précoce.

1. Identification des facteurs de risque : Le dépistage permet d’identifier les personnes ayant des facteurs de risque élevés. 

2. Détection précoce de la maladie : Le diabète de type 2 peut se développer pendant de nombreuses années sans symptômes apparents. Le dépistage permet de détecter la maladie à un stade précoce, avant que des symptômes graves ou des complications ne surviennent. Plus tôt le diabète est diagnostiqué, plus il est susceptible de répondre favorablement à la gestion et à la prévention.

3. Prévention des complications : Le diabète de type 2 non traité peut entraîner de graves complications. Le dépistage précoce permet d’initier un traitement et un suivi appropriés pour éviter ces complications.

4. Interventions précoces : Les personnes diagnostiquées avec un prédiabète, peuvent bénéficier d’interventions précoces. Notamment des conseils pour prévenir ou retarder le développement du diabète de type 2.

5. Réduction des coûts de santé : La prise en charge précoce du diabète de type 2 et des pré diabétiques peut réduire considérablement les coûts de santé associés à la maladie.

Les tests de dépistage courants pour le diabète de type 2 incluent :
  • la mesure de la glycémie à jeun,
  • des tests de glycémie aléatoires,
  • des tests de l’hémoglobine glyquée.
Les lignes directrices médicales recommandent généralement un dépistage régulier pour les individus à risque, en fonction :
  • de leur âge,
  • de leurs antécédents familiaux,
  • de leurs facteurs de risque. 

Il serait souhaitable que les organismes de santé comme les assurances maladies mettent en place un dépistage systématique. (Par exemple la mesure de la glycémie à jeun) vers l’âge de 45 ans sur le modèle du dépistage du cancer du sein.

Le dépistage précoce du diabète de type 2 est essentiel pour identifier les individus à risque, permettre une prise en charge précoce et prévenir les complications à long terme. Il joue un rôle majeur dans la prévention et la gestion de cette maladie chronique.

Une autre façon de dépister :

Le test à risque Findrisc (Finnish Diabetic Risk Score)

Il existe un outil d’évaluation simple qui peut aider les individus à évaluer par eux-mêmes leur risque de développer le diabète de type 2.

Il a été développé en Finlande et il est largement utilisé pour identifier les personnes à risque. 

C’est un questionnaire qui pose une série de questions sur différents facteurs de risque et habitudes de vie associés au diabète de type 2. Les réponses aux questions sont ensuite utilisées pour calculer un score total.

Plus le score est élevé, plus le risque de diabète de type 2 est élevé.

Le test évalue plusieurs facteurs de risque importants, notamment :

L’âge : Le risque de diabète de type 2 augmente avec l’âge. De sorte que plus une personne est âgée, plus son score sera élevé.

L’indice de masse corporelle (IMC) : Un IMC élevé est un facteur de risque majeur. De sorte que plus une personne est en surpoids, plus son score sera élevé.

Tour de taille : La mesure de la circonférence de la taille est un indicateur de l’obésité abdominale. Qui est particulièrement associée au diabète de type 2.

Antécédents familiaux : Les antécédents familiaux de diabète de type 2 augmentent le risque.

Activité physique : Le niveau d’activité physique est évalué en fonction du temps consacré à l’exercice.

Alimentation : Les habitudes alimentaires sont prises en compte, notamment la consommation de légumes, de fruits et de graisses saturées.

Hypertension : La pression artérielle élevée est un facteur de risque et elle est évaluée dans le test.

Niveaux de sucre dans le sang à jeun : Les taux de glycémie élevés à jeun augmentent le risque.

Après avoir répondu à toutes les questions, les individus obtiennent un score total qui peut varier de 0 à 26 points. Plus le score est élevé, plus le risque de diabète de type 2 est élevé.

Impact du score :

Une fois que les individus ont obtenu leur score, cela peut les aider à comprendre leur risque de diabète de type 2. Si le score indique un risque modéré ou élevé, cela peut être un signal pour consulter un professionnel de santé.

Les médecins peuvent ensuite effectuer des tests plus approfondis, comme des analyses sanguines de la glycémie à jeun, pour confirmer le diagnostic et mettre en place un plan de prévention ou de traitement si nécessaire.

En résumé, le test Findrisc est un outil simple et utile pour aider les individus à évaluer leur risque de diabète de type 2. Il peut être utilisé comme un premier indicateur pour encourager des changements de mode de vie, des consultations médicales plus approfondies et des mesures préventives pour réduire ce risque.

Je vous invite à faire le test ! Test Findrisc

Qu’en est-il du dépistage du diabète de type 1 ?

A l’heure actuelle il n’y a pas de dépistage mis en place pour le diabète de type 1 qui est d’origine génétique et auto-immune.

Mais la recherche avance : (Extrait de l’article de “Glucose toujours” sur le congrès EASD 2023)

“Une des pistes envisagées serait de mesurer le score de risque génétique élevé chez les nouveau-nés pour ensuite tester les auto-anticorps du diabète de type 1. 
Une autre serait de tester directement les auto-anticorps. 
Dans les deux cas, des limites et des contraintes économiques et logistiques mais aussi des risques de laisser passer entre les mailles du filet des personnes aux profils atypiques ou d’arriver trop tard dans la progression de la maladie.”

Article fort intéressant de Glucose Toujours

Conclusion

En fin de compte, la prévention du diabète et la gestion des risques sont des responsabilités personnelles et collectives. 

Une alimentation équilibrée, un mode de vie actif et des contrôles de santé réguliers peuvent faire une différence significative dans la lutte contre cette maladie. 

L’information, la sensibilisation, le dépistage et l’accès aux soins de santé appropriés jouent un rôle essentiel dans cette démarche. 

Il est primordial que la population et la société soient conscientes des risques
et des mesures à prendre pour prévenir le diabète et ses complications.

Si tu souhaites parler de ton expérience, je t’invite à m’écrire par email, je serai ravie de partager ton récit dans l’un de mes futurs épisodes, si tu m’y autorises. 


Retrouve ici le podcast Vivre le diabète sur ta plateforme d’écoute préférée !


L’épisode sur la chaîne YouTube du podcast Vivre le diabète

Retour en haut